Rdcap_logo_1.png

 

Viol à Toulouse : Un témoin raconte le calvaire de la jeune fille

Lundi soir, par un tweet, la police nationale a ouvert une enquête  après la diffusion sur des réseaux sociaux, notamment Snapchat, de vidéos montrant "des actes sexuels non consentis". Les autorités avaient précédemment appelées  à cesser de partager ou de diffuser ces vidéos.

Ces vidéos ont été mises en ligne sur le réseau Snapchat et relayées ensuite par un internaute sur Twitter. L'homme en question explique dans une vidéo avoir voulu dénoncer les agissements de ceux que l'on voit sur la vidéo incriminée : plusieurs jeunes hommes violant une jeune fille, visiblement très alcoolisée. Ce que la police a justement qualifié  "d'actes sexuels non-consentis"

La rédaction de radio Capitole a eu par téléphone un témoin qui aurait été contacté par la victime et explique le calvaire enduré par la jeune fille.