Rdcap_logo_1.png

 

UKRAINE : Trois enfants qui jouaient tués en sautant sur une mine dans l'est du pays

Trois enfants ont été tués et un autre blessé dimanche par l’explosion d’une mine dans l’est séparatiste de l’Ukraine, territoire frappé par la guerre depuis 2014 et l’un des plus couverts en engins explosifs au monde.

Une promenade dans la zone de contact

L’accident s’est produit dans la ville industrielle de Gorlivka, 30 kilomètres au nord du bastion des rebelles de Donestk, a précisé un haut responsable séparatiste, Edouard Bassourine.

L’enfant blessé a été hospitalisé, a-t-il ajouté.

"J’ai été projeté sur le côté et je suis tombé. Un éclat est arrivé dans ma main, il a frôlé ma tête. Heureusement, il ne m’a pas tué", a déclaré Dmitri, 10 ans, qui a survécu à l’explosion.

Ils jouaient dans une maison abandonnée

Selon le maire de Gorlivka, les enfants étaient "allés se promener dans la zone de contact" entre les bélligérants, où "il y a une grande concentration de munitions".

"Il s’agit quasiment d’une zone tampon. Comme l’a expliqué l’enfant ayant survécu, ils y avaient trouvé une maison abandonnée et étaient juste à la recherche d’aventures", a-t-il précisé.

"Nous sommes confrontés en permanence (au problème des mines) et je pense que ce sera comme ça pour un bon moment", a ajouté le maire.

220000 enfants menacés

Selon un rapport de l’ONU publié fin 2017, 220000 enfants courent un grand risque d’être touchés par des mines et d’autres armes explosives dans l’est de l’Ukraine, en proie à un conflit entre séparatistes prorusses et forces gouvernementales qui a fait plus de 10000 morts depuis 2014.

Des accords de paix signés en 2015 à Minsk ont permis une réduction considérable des violences mais des zones entières restent tapissées de mines antipersonnelles et de munitions non explosées, y compris parfois près des écoles et des terrains de jeu.

L’Unicef avait exhorté fin 2017 les belligérants à autoriser le lancement d’activités de déminage et de remise en état des infrastructures.

AFP