Rdcap_logo_1.png

 

Prison ferme pour Bill Cosby, dans un verdict historique pour le mouvement #MeToo

 

C’est un soulagement pour de nombreuses victimes mais aussi pour le mouvement #Metoo qui reconnaît un verdict historique dans le monde judiciaire.  L’acteur Bill Cosby vient d’être condamné à une peine entre 3 à 10 ans par la justice américaine. 

Bill Cosby va dormir derrière les barreaux, ce soir. L’acteur américain reconnu coupable d’agression sexuelle, fin avril, a été condamné à une peine de prison comprise entre trois et dix ans, mardi. Ses avocats ont fait appel et demandé qu’il soit remis en liberté pendant l’examen de la procédure, mais le juge a rejeté leur requête : « Il est temps que justice soit faite », a répondu le magistrat. L’acteur a quitté le tribunal menotté.

 

Cette fourchette signifie que Bill Cosby, âgé de 81 ans, passera au minimum trois années en détention et dix au maximum, en fonction de son comportement et sans doute de son état de santé. Il encourait 30 ans mais le procureur et la défense se sont mis d’accord, lundi, pour ne retenir qu’un seul des trois chefs d’inculpation, l’agression sexuelle, passible de 10 ans au maximum.

Des dizaines d’accusatrices

« Aucune personne, quel que soit son statut social ou sa richesse, n’est au-dessus des lois. Vous avez clamé que le silence [de la victime, qu’il avait droguée] était l’équivalent d’un consentement. Ce n’est pas la loi », a martelé le juge. Il a ordonné que Bill Cosby soit inscrit, à vie, sur le registre des prédateurs sexuels violents de Pennsylvanie.

Ce verdict, premier de l'ère post-Weinstein, représente une victoire pour le mouvement #MeToo. Car s’il a été condamné pour l’agression sexuelle d’Andrea Constand, Cosby est accusé par des dizaines de femmes de faits similaires qui sont aujourd’hui prescrits.

Plusieurs accusatrices étaient présentes pour ce verdict. Elles ont pris la parole lors d'une conférence de presse. Lise Lotte-Lublin, notamment, se sent «libérée». «Il ne va plus contrôler ma vie, j'ai la force de lui donner la permission de me demander de le pardonner.»