Rdcap_logo_1.png

 

Corps démembré découvert près de Rouen: trois femmes écrouées

La compagne de la victime ainsi que sa mère font partie des suspectes.

 

Trois des quatre femmes mises en examen pour assassinat dans le cadre de l'enquête ouverte après la découverte d'un dans l'agglomération de Rouen ont été écrouées, apprend-on ce dimanche auprès du parquet de Rouen.

 

Comme l'indique le procureur de la République de Rouen, la quatrième suspecte a été laissée libre sous contrôle judiciaire.

 

"Les quatre mises en cause, la compagne de la victime, deux amies de cette compagne et la mère de celle-ci, ont été mises en examen, pour deux d'entre elles, pour assassinat et atteinte à l'intégrité du cadavre, et pour les deux autres, pour abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit contre l'intégrité d'une personne", avait indiqué samedi soir le procureur dans un communiqué.

 

Arrestations "échelonnées"

 

Le corps démembré et décapité avait avait été découvert il y a une semaine avant d'être identifié comme étant celui d'un sans-abri.

   

Une information judiciaire avait été ouverte le 7 novembre et les interpellations, conduites par le service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen, en charge de l'enquête, se sont "échelonnées à compter du 8 novembre", a indiqué le parquet dans son communiqué.

 

 

"Le 4 novembre, les gendarmes de la brigade fluviale ont découvert une partie d'un corps démembré enveloppé dans une bâche en partie immergée sur les berges de la Seine, dans la commune d'Amfreville-la-Mivoie", a rappelé le parquet de Rouen. Le corps n'avait plus de tête, plus de pieds et plus de mains, selon une source policière.

 

La victime identifiée

Mercredi, la victime a été identifiée grâce à un prélèvement ADN. "Il s'agit d'un homme de 45 ans, sans domicile fixe dans l'agglomération de Rouen", avait précisé jeudi une source policière. "L'individu était connu de nos services pour des faits mineurs, notamment des vols et des outrages", selon cette même source.

 

Des restes de corps, pouvant appartenir à la victime, avaient en outre été découverts mercredi à Pont-de-l'Arche, dans l'Eure, selon une source judiciaire. 

 

Dans son communiqué, le procureur de Rouen précise que ces restes humains sont bien ceux du corps de la victime.